Engagez-vous, qu’ils disaient !

lamp-2663053_1920Crédit photo : pixbay

Il y a quelques temps, lors d’un repas de famille où j’avais préféré allez jouer aux duplos* qu’intervenir dans un débat politique, ma maman s’est faite à haute-voix la réflexion que s’il y avait bien une chose qu’elle ne m’avait pas transmise, c’était l’engagement. Chez nous  les discussions politiques sont assez sacrées, et du coup j’ai parfaitement compris sa remarque.

* j’ai failli préciser que c’était avec mon fils, mais si vous préférez m’imaginer en train de jouer aux duplos toute seule, j’assume à 200% !  

Sauf que, quelques jours plus tard, en discutant avec un ami de L’Amoureux sur notre mode de vie et de consommation qui a pas mal évolué ces derniers temps, il m’a dit, à l »inverse qu’il me trouve engagée.

Du coup j’ai commencé à cogiter sur ce mot : « engagée ». Ça veut dire quoi être engagé ? Qu’est ce que l’engagement ? (Vous avez 4 heures).

Et est-ce que je me considère comme quelqu’un d’engagée ?

Bonne question.

Je ne suis pas engagée politiquement.

Je vote certes (même si plus ça va, plus j’ai du mal à choisir) mais je ne suis pas encartée. Cela ne m’empêche pas d’avoir un avis sur l’actualité mais je ne participe pas aux débats politique.

J’ai souvent l’impression, dans ma famille du moins, que les discussions tournent vite au clash, que tout le monde essaie d’imposer son point de vue sans essayer de comprendre celui de l’autre et que, finalement, on n’est pas tellement plus avancé à la fin de la discussion qu’au début.

Je suis écolo.

Enfin j’essaie.

Moins de produits d’origine animale. Moins de déchets. Moins de produits neufs. Plus de bio et de faits-maison dans tous les domaines. Je passe régulièrement pour une hippie avec ma lessive maison, mes couches lavables et ma gourde à fleur et j’assume.

Je suis encore bien loin de mon but (coucou le sac poubelle qu’on sort toutes les semaines et mes aller-retour en voiture au boulot) mais j’avance, doucement et sûrement, et j’entraîne L’Amoureux avec moi.

Je suis féministe.

C’est moins évident à mettre en pratique au quotidien, mais j’essaie, surtout avec mon fils.

Je ne mets en place ni obligation ni interdiction lié au genre, je ne lui fait aucune remarque quand il veut mettre mes bijoux ou se maquiller (l’école s’en chargera bien assez tôt).

Je ne l’oblige pas à faire des bisous ou des câlins, pour lui apprendre très tôt que son corps lui appartient et qu’il a le droit de dire non. (Et j’essaie de faire en sorte que nos proches respectent ce « non », même si ça n’est pas toujours évident).

Je ne lui demande pas s’il a  « trouvé une amoureuse » à chaque fois qu’il joue avec une petite fille au parc.

Je ne sais pas si lui mettre un t-shirt rose, ou lui acheter un kit de maquillage pour son anniversaire, vont suffire à faire de lui un homme engagé dans l’égalité homme / femme mais j’essaie.

Au-delà des mots, je pense que l’exemple est le plus important et quand je le vois cuisiner, passer l’aspirateur et trier le linge avec son papa je me dis qu’on est plutôt pas mal !

Je donne.

Je suis plutôt du genre généreux comme fille. 😉

Je donne mon sang.

Je donne mes ovocytes.

Je donne mes sous aussi, à plusieurs associations. De manière très régulière (je parraine une petite fille au Honduras) ou plus occasionnelle (mon dernier don ponctuel était par exemple pour l’association SOS Méditerranée).

Je donne aussi mes compétences, puisque je file un coup de main à deux associations pour leur com.

En revanche, je ne donne pas beaucoup de temps.

Je travaille dans la fonction publique.

C’est certainement mon plus grand engagement car c’est celui qui m’impacte le plus dans ma vie quotidienne, que ce soit au niveau du temps ou du salaire.

Vous vous dites peut-être qu’entre la sécurité de l’emploi et le salaire mirobolant versé par vos impôts c’est plus du confort que de l’engagement 😉

Mais, dans mon cas, être cadre dans la Fonction Publique, c’est surtout accepter d’être payée moitié moins que dans le privé et bosser 50 heures / semaine, soir et week-end compris.

Et je ne changerai pour rien au monde car je suis vraiment passionnée par mon boulot et c’est essentiel pour moi de me sentir utile au quotidien.

Je ne suis pas pédagogue.

J’explique assez peu ce que je fais, et pourquoi je le fais. J’en avais parlé notamment dans cet article sur la bienveillance dans l’éducation.

Sûrement par peur de virer « donneuse de leçon », je me contente d’avancer comme je l’ai choisi, sans faire de prosélytisme.

Je suis souple dans mes pratiques : je continue par exemple à manger de la viande chez les autres et à laisser mon fils en couches payantes quand la personne qui le garde n’est pas enthousiasme à mettre ses mains dans le caca (#toimêmetusais).

Du coup, je me dis que si j’avance, je ne fais pas forcément beaucoup bouger les choses autour de moi.

Je donne du sens.

Ou pour reprendre les mots de Sam, mère dépassée, j’essaie de faire les choses « en conscience ». En prenant conscience que, chaque geste du quotidien, a un impact sur les autres et sur la planète. J’essaie de ne jamais rien tenir pour acquis, de toujours réfléchir à pourquoi je fais les choses et à leurs conséquences.

Et c’est d’autant plus vrai maintenant que Malo est dans nos vies.

Je ne me mets pas trop la pression. 

Parce que dans les résolutions que j’ai prise en début d’année, il y a avait celle de la non-culpabilité, et que j’essaie de m’y tenir. Parce que je peux faire plein de choses, tout en sachant que ça ne sera jamais suffisant. Mais je fais quand même, et je ne culpabilise pas.

Alors au final ai-je répondu à la question ? Je ne sais pas.

Je n’aurai pas la moyenne pour cause de hors-sujet 😉

Je suis engagée au sens où je l’entends. Et c’est déjà pas mal !

Et vous ? L’engagement ça vous parle ? 

 

 

 

 

3 réflexions sur “Engagez-vous, qu’ils disaient !

  1. Julie Juz 25 septembre 2018 / 15 h 45 min

    Il y a différents types d’engagement, et je pense que je me situe plus dans ton cas, et je me suis toujours considérée comme engagée 🙂 On n’est pas obligés de défendre ses valeurs avec une verve incroyable pour être engagé, tes actes semblent déjà te positionner en faveur ou en défaveur de certaines valeurs ou de certains modes de vie.

    Et puis c’est comme pour tout 🙂 On est toujours le « non-engagé » de quelqu’un, ou le « super-engagé » de quelqu’un d’autre. Ce qui compte, c’est ton ressenti face aux actes que tu poses, et que tu sois plus ou moins en accord avec ce que tu fais !

    J'aime

  2. lbv14 25 septembre 2018 / 18 h 21 min

    C’est amusant, j’ai un article sur la culpabilité et l’engagement pour la planète en attente sur SNT…;)

    J'aime

  3. Pititefleur 25 septembre 2018 / 18 h 24 min

    Ton article me parle mais à des niveau divers.
    Comme toi je m’engage dès foi sur certaines choses mais quand je sens que je ne suis pas écoutée ben je préfère laisser tomber. Je pense que pour beaucoup je dois être bien lisse mais je n’aime pas le conflit alors pourquoi se battre.
    Par contre je t’admire beaucoup car tu as une ligne de conduite et tu t’y tiens, je me considère beaucoup plus lnfluencable même si j’estime avoir raison.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s